Autre

Coraux durs : des animaux étonnants

Les coraux durs ou mous sont souvent confondus avec des roches ou des plantes. Mais ce sont en réalité des animaux ou plus précisément des milliers de polypes. Ces minuscules animaux sont de la famille des méduses et des anémones de mer. Pendant une courte période, ils sont libres de nager librement dans l’eau mais ils passent la quasi-totalité de leur vie accrochés à un rocher. Les coraux ne sont pas seulement une source de nourriture pour différentes espèces, ils leurs offrent aussi une protection et jouent un rôle majeur dans l’écosystème. Il existe deux sortes majeures de coraux : mous et durs. Nous allons nous intéresser aux différentes  caractéristiques des coraux durs.

Coraux durs : ses caractéristiques 

  • les coraux durs possèdent un squelette composé de carbonate de calcium.
  •  ils ont de multiples polypes simples qui vivent en colonies, ce qui crée un récif de corail
  • chaque polype du corail est composé d’environ 6 tentacules lisses
  • ils sont soit plaqués soit ramifiés
  • ils ont tendance à étendre leurs tentacules quand ils se nourrissent et en fonction de la lumière.
  • ils se nourrissent la nuit de plancton, et même de petits poissons
  • l’algue zooxanthellae leur donne 90% de leur énergie
  • la majorité pousse dans des eaux chaudes à moins de 60 mètres de profondeur
  • ils se reproduisent une ou deux fois par an après une pleine lune
  • les squelettes deviennent des points d’ancrage pour d’autres coraux

 

Coraux durs  : LPS ou SPS ?

Il existe deux types de coraux durs : LPS ( Large Polyp Scleractinian) et SPS (Small Polyp Scleractinian). Les SPS sont des bons constructeurs de récifs. Ils dépendent énormément de la lumière du soleil pour se développer. Leur structure leur permet de résister à des forts débits d’eau, mais ils peuvent aussi se casser lors de tempêtes. Dans son habitat naturel, un SPS peut continuer de se développer même s’il est endommagé. Les tissus de la partie cassée vont mourir pour permettre à la partie saine de se développer dans de bonnes conditions. Les squelettes mourants vont fusionner avec des dépôts de calcium, ce qui permettra de former un récif.

Á la différence des SPS abondants, les LPS sont beaucoup moins nombreux. Ils dépendent normalement moins de la lumière et utilisent leurs plus gros polypes pour capturer plus de nourriture. Dans un aquarium, ils s’alimentent généralement en même temps que les poissons. Ils peuvent vivre dans des eaux parfois troubles et plus profondément que les SPS.

Compte tenu de leurs besoins différents en lumière, débit d’eau, et alimentation, il n’est pas conseillé de les mettre ensemble dans un aquarium. Les SPS ont besoin d’une nourriture de petite taille, dans un lumière blanche et des flux d’eau forts pour stimuler le récif. Quant à eux, les LPS ont besoin de se nourrir plus souvent avec des aliments de plus grosses tailles. Ils ont besoin d’une lumière plus bleue. S’ils venaient à entrer en contact, ils pourraient se manger mutuellement pour survivre. Les LPS ont des piqûres plus puissantes que les SPS, délivrées par leurs tentacules. Les SPS auraient donc moins de chance de survivre dans un aquarium.

 

Comment s’occuper des coraux durs ?

Vous l’aurez compris quand on choisit de s’occuper de coraux durs, il faut par la suite savoir si on choisit des LPS ou SPS. Ensuite, il faut créer l’écosystème de son aquarium en fonction de l’espèce choisie. Les coraux durs sont parmi les organismes les plus durs à garder en bonne santé. Comme ils ont besoin de calcium et de minéraux pour construire leur squelette, il faut leur donner du calcium en plus. Vous pouvez le faire grâce à des suppléments liquides ou des substrats riches en calcium. Il est aussi important de placer chaque espèce assez loin l’une de l’autre pour qu’elle puisse étendre ses tentacules et ne pas piquer l’autre espèce pour l’attaquer. Ces coraux ne sont pas adaptés aux débutants. Si vous souhaitez acquérir pour la première fois des coraux, nous vous conseillons de vous tourner vers les coraux mous. Il est plus facile de s’en occuper et ils pardonnent plus les erreurs de débutants. N’hésitez pas à contacter un spécialiste en aquaculture.